Les podiums

De la salle, espace d’entraînement, au podium, espace de lumière, on souhaiterait que certains instants puissent durer des heures et parfois, écrasé par la foule des spectateurs, on voudrait que le temps s’accélère pour nous permettre d’accéder à l’essentiel, de s’attarder plus longtemps sur les poses trop rapides et la remise des récompenses.

Voici quelques gros plans de l’Arnold Classic 2007. Le lieu consacré à cet espace de lumière. La Wayne Brehm Room du Veterans Memorial Auditorium de Columbus, Ohio est l’un des lieux les plus mythiques du bodybuilding. Si nous prêtons attention à la marche sur le podium présentée dans la vidéo de la finale, nous prenons aisément la mesure de l’espace spectacle qu’offre la scène sur laquelle défilent les athlètes. Ainsi, le posing de Branch Warren démarre doucement au son d’un morceau classique ou sentimental puis le rythme musical s’accélère accompagnant la montée en puissance des poses qui s’enchaînent (pop lock, contractions abdominales, grand plié) avant un crescendo final pour achever le tout sur un morceau tonitruant de rock ou de rap.

Si l’espace spectacle du bodybuilding est celui des podiums, cette scène médiatique ne se limite pas à l’Europe et aux Etats-Unis. Les podiums accueillent des culturistes en Afrique (championnats de bodybuilding de Tunis)[Réf. Tunis Hebdo] et également en Asie. Prenons l’exemple des Jeux Asiatiques 2006 qui se sont déroulés  du 1er au 15 décembre à Doha au Qatar. Ces jeux, aussi connus sous le nom d’ Asiades , sont une des manifestations sportives les plus prestigieuses au monde. Organisés tous les quatre ans, ils réunissent plus de 45 nations. Ce n’est qu’en 2002 que le bodybuilding fut admis comme discipline olympique aux jeux asiatiques qui se déroulaient cette année là à Busan en Corée du Sud. Une recherche effectuée sur le site www.ifbb.com nous a permis de pénétrer dans l’espace des Jeux Asiatiques 2006.
   
Les 8 et 9 décembre 2006  plus de 12 500 athlètes représentant 39 disciplines ont participé aux très compétitifs Jeux Asiatiques qui se sont déroulés à l’Al-Dana Club Banquet Hall. Ils réunissaient plus de 45 nations (dont la Chine, le Vietnam, Singapour, les Emirats arabes, la Malaisie, Bahrein, Hong Kong, le Japon, la Thaïlande, la Corée du Nord, le Qatar, la Jordanie). 

Le panorama des vainqueurs de chaque catégorie, présenté ci-dessous, témoigne de l’étendue de l’espace du culturisme :

POIDS MOUCHE : Qjian Ji  Cheng (Chine)

POIDS COQ : Mohammed Salem Abdullah Zahmi (Emirats Arabes Unis)

POIDS LEGERS : Chua Ling Fung (Singapour)

POIDS WELTERS: Chan Yu To (Hong Kong)

POIDS MI-MOYENS : Sitthi Charoenrith ( Thaïlande)

POIDS MOYENS : Kamal Abdulsalam Abdulrahman (Qatar)

POIDS MI-LOURDS : Ali Tabrizi Noori : (Qatar)

POIDS LOURDS : Tarek Jafer Mohamed Al Farasani (Bahrein).

Les recherches que nous avons effectuées sur ce site nous fournissent plusieurs éléments intéressants, notamment :

Ces faits qui attestent de la mondialisation du phénomène culturiste tendent à confirmer notre hypothèse de départ, celle de la valeur du culturisme comme repère esthétique universel.

Une vitrine dans la mondialisation

Le bodybuilding peut effectivement, par certains côtés, être considéré comme un repère esthétique universel. Mais il n’en demeure pas moins une « vitrine » et, à ce titre, un élément important d’un processus de mondialisation économique du sport. Le support technologique que représente le matériel technique utilisé par les athlètes dans les salles de sport est, dès lors, absorbé dans la logique économique des grandes marques. L’étude du cas du bodybuilder professionnel Dennis James nous paraît, à cet égard, tout à fait significative.

Les données que nous avons réunies sur les contrats que Dennis James a signés avec Oxygen Fitness méritent d’être examinées de prés. Non seulement la firme Oxygen Fitness vient d’ouvrir  au Koweit une gigantesque salle de musculation, mais elle a fait du bodybuilder pro Dennis James l’enseigne publicitaire de son matériel technique dans les Emirats Arabes Unis.

plants