L’idéal sculptural grec

Eugene Sandow se fit l’avocat de « l’idéal sculptural grec », qui établissait, à ses yeux, la norme de l’ « idéal » mathématique. Le « physique parfait » devait, selon lui, être proche des proportions des statues grecques de l’époque classique. Quels sont les principes fondamentaux du culturisme?

La sculpture grecque a souvent été qualifiée « d’idéaliste » car elle se distingue par l’appel qui est fait à l’imagination du spectateur, à son image mentale de l’homme. Ainsi, pour être une œuvre d’art, une image doit non seulement susciter l’admiration pour sa technicité parfaite, mais elle doit également traduire une pensée : « L’apparence extérieure d’un objet peut nous séduire visuellement, mais son essence spirituelle doit enflammer notre imaginaire. La vision est une faculté purement physique ; l’imagination, elle, est un acquis précieux de l’humanité. » ( Edmund von Mach, La sculpture grecque, New York : Parkstone, 2006, p. 21 ). Que les sculpteurs grec aient travaillé en respectant  ces lignes directrices est indéniable car de nombreuses particularités de leur art ont trouvé leur explication dans la compréhension de ce principe. Les Grecs ont toujours privilégié le côté idéaliste de l’homme, bien qu’ils aient compris qu’un certain sacrifice était nécessaire pour gratifier sa dimension physique : « Une œuvre d’art désagréable à regarder ne répond pas à sa finalité qui est d’être porteuse d’un message. » (p. 22). En revanche, pour le sculpteur Polyclète d’Argos et son école, seul importait le meilleur mode de représentation du corps.

Citant le Dr Waldstein, Edmund von March écrit : « Polyclète était le sculpteur de la beauté grecque par excellence […] Il savait donner aux silhouettes une splendeur extraordinaire. » (p.189). Peu de choses sont laissées au hasard dans ses sculptures. L’étude des proportions du corps humain débouche sur une représentation claire et demande une grande précision. La statue de 2 mètres de hauteur  « Le Doryphore » (original grec de Polyclète, 79 av. J.C. exposée au musée archéologique national de Naples) est un modèle du genre par la proéminence des muscles, des abdominaux et en raison de proportions équilibrées du corps. L’enseignement de Polyclète sur la représentation du corps est digne de celui d’une école d’art. Il a ouvert la voie à Praxitèle. L’Apollon « Sauroctone » [présenté à l’exposition Praxitèle au Louvre, mai 2007] est un très bel exemple de l’art du sculpteur et de sa conception du corps humain. Une visite à l’exposition Praxitèle au musée du Louvre  permet, d’ailleurs, de constater la justesse des observations faites par Edmund von Mach sur le rendu de l’effort, de l’action, du mouvement, de la précision du détail des muscles dans les œuvres du sculpteur grec.

Le rendu de l’effort

L’art du muscle s’appuie sur une constante : l’art sculptural grec. Dans toute l’histoire du culturisme, si l’on devait choisir un pratiquant et le placer sur un socle, au Louvre, ce serait Francis Benfatto.

A 50 ans, vingt ans après ses exploits de compétiteur, la légende de Benfatto, dont le physique idéal a souvent suscité des comparaisons avec Apollon, est toujours aussi vivace. Le système A.R.T. : Auto (contrôle personnel) Regulation (régulation, ajustement ) et Training (entraînement), trois ingrédients mariés à la perfection pour donner l’œuvre d’art vivante qu’était Benfatto sur les scènes de l’IFBB de 1988 à 1993, puis à nouveau en 2006 pour son retour surprise où il a décroché la 6ème place lors du Grand Prix Pro d’Australie. Le « Discobole » de Myron (sculpté vers 450 avant J.C.) a toujours été la référence par excellence de Benfatto. « Myron fut le premier sculpteur à suggérer la véhémence de l’effort lorsqu’il affecte le corps humain. Pour les Romains, Myron était le sculpteur de la vie. Le ‘Discobole’ illustre l’art de rendre la force contenue. »  [ Edmund von March, La Sculpture grecque, p.118]. Poursuivons la lecture de l’ouvrage La Sculpture grecque. Nous y lisons quele « Discobole » est la preuve d’un trait caractéristique de Myron, l’art de rendre la force contenue.

plants